Témoignage Brigitte Lecordier : « J’espère faire exploser le compteur de dons ! »

A J-3 de son retour sur le Desert Bus de l’Espoir, Brigitte Lecordier revient sur son expérience de son premier passage.

Bonjour Brigitte. Pour toute une génération, tu es avant tout une voix avec qui nous avons grandi. Pour ceux qui n’auraient pas encore fait le rapprochement, pourrais-tu te présenter ?

Je suis comédienne, et je suis surtout connue pour avoir prêté ma voix à de nombreux personnages de dessins animés et de séries  notamment des voix d’enfants comme Oui-Oui, Sangoku, Sangohan, Goten, Trunks petit, et quelques filles comme Videl, C18, Nan (Jamie Brewer) dans American Horror Story.. et beaucoup d’autres.

On ne te connaît pas forcément en tant que passionnée de jeux vidéo. Quelle est ta relation à ce média ? Te considères-tu comme joueuse ?

J’aime jouer en général ! Jouer au théâtre, jouer aux jeux de société, jouer aux jeux vidéo, oui, mais je ne suis pas habile car je suis totalement dyslexique et que cela me demande une concentration de ouf rien que pour aller à droite ou à gauche !! Mais sinon, cela m’amuse. Faut pas aller vite 😉

Comment as-tu entendu parler de l’opération « Desert Bus de l’espoir » et de l’association « Loisirs Numériques » ?

C’est l’Association qui m’a contactée.

Quelle a été ta première réaction lorsqu’on t’a expliqué le concept de l’opération ?

J’ai rien compris, hahaha, mais j’avais envie de me prêter au jeu, je n’ai pas été déçue !

Comment t’es-tu sentie une fois la manette en mains ? As-tu eu une légère appréhension ?

Non, fastoche, je me suis amusée et en plus… j’étais super bien entourée !

Étais-tu soulagée de reposer la manette ? Comment s’est passée cette heure au volant ?

Non, je voulais conduire encore et encore, la soif des grands voyages entourée de milliers d’internautes pour la bonne cause, c’était trop bien 😉

Contente de reprendre le volant lors d’une prochaine édition ?

Ah oui, alors, ça va foncer !! J’espère faire exploser le compteur des dons !

Interviews à venir

Un jeu ennuyeux… auquel les invités veulent rejouer ! | Témoignages

 

Des jeux mauvais, on en a tous connu, et on en connaît encore tous. Pour les personnes nées dans les années 70-80, il faut bien avouer que parmi de nombreuses pépites qui nous ont marqués à jamais dans notre vie de joueur (Zelda ALTTP, Super Mario, Mario Kart, Secret of Mana, Sonic, Final Fantasy, …) on a aussi souvent dû se coltiner des jeux dont la notion d’amusement était pour le moins toute relative ! Pour ne parler que des plus « connus », citons Les Tortues Ninja, Les Simpsons, Dragon’s Lair, Retour vers le Futur, et j’en passe… Maniabilité loin d’être ergonomique, bugs à foison, difficulté mal dosée, rejouabilité proche du zéro, … les points négatifs prenaient bien souvent le pas sur toute notion de fun !

Pourtant, il est un jeu presque jamais évoqué lorsque l’on cherche à énumérer les pires perles vidéoludiques, et pour cause ! A part une partie graphique datée, on ne peut quasiment rien lui reprocher ; la difficulté n’est pas insurmontable loin de là, les bugs semblent inexistants et la jouabilité est tout à fait acceptable ! Pourquoi le qualifier parmi les pires jeux, si ce n’est le jeu le plus ennuyeux de tous les temps alors ? Et bien simplement car il ne s’y passe … rien !

Même si depuis, Hollywood a tenté de nous faire croire qu’une virée ordinaire en bus pouvait donner lieu à moultes péripéties (surtout pour un « Super flic » qui ne touchait pas encore aux tréfonds de l’Internet), dans « Desert Bus », point de bombe ou de saut par dessus une portion d’autoroute en travaux ! Non, il n’y a que vous, votre volant, le pare-brise, et la route… et pas n’importe quelle route, la fameuse route 66 ! Si sa renommée n’est plus à faire, il semble que cela ne suffise pas à en faire  une route très fréquentée, puisque seuls quelques moustiques viendront parfois briser la monotonie des cactus qui jonchent la route, en venant s’écraser avec grâce sur votre pare-brise. Et ce n’est pas le cycle jour/nuit qui viendra vraiment donner du renouveau au gameplay, les phares bien que semblant avoir été réglés par un élève de troisième en stage d’insertion, vous permettent largement de vous repérer sur la route afin d’éviter de finir dans le bas-côté.

Comment un jeu à l’intérêt si limité n’a t-il pas encore rejoint la « fourrière » des jeux vidéo pour y rester « encrasser » à jamais ? (ces jeux de mots sont eux aussi dus à un stagiaire de 3è…) Pour la bonne cause ! Depuis quelques années, le temps d’un weekend, le jeu sert de fil-rouge, les chauffeurs défilant non-stop, afin de récolter des fonds pour diverses associations.

 

De « grands noms » de l’industrie vidéo-ludique (Yves Guillemot, David Cage, …) à journalistes du milieu émérites (Julien Chièze, Bertand Amar, …), en passant par des célébrités du petit écran, de Youtube, ou tout simplement des anonymes passionnés et généreux, c’est déjà plus de 200 chauffeurs qui se sont relayés pour la bonne cause. Il était donc temps d’en interroger certains, afin de recueillir leur témoignage sur cette expérience toute particulière.

ITW Brigitte Lecordier

D’autres interviews à venir…